Avion
Camion
TGV
Autoroute
Rails
Rond Point
Train
Tramway
Automobile
Avion Camion TGV Autoroute Rails Rond Point Train Tramway Automobile
02/05/2018

Cette nouvelle enquête conduite par le ministère en charge des transports et par l’INSEE est lancée en avril 2018 pour durer un an. Elle succède à celle de 2008.

25/04/2018

Une modification du logiciel d’exploitation du tachygraphe électronique permettait aux camions de circuler en enregistrant un temps de repos pour le conducteur.

 Plus d'actualités

Semaine européenne du développement durable

Du 30 mai au 5 juin

22e European conference on mobility management

Du 30 mai au 1er juin - Uppsala, Suède
Par : ECOMM
 Tout l'agenda

Les véhicules utilitaires légers : Pour une meilleure régulation et des usages maîtrisés

Le 18 avril, Damien Pichereau, député de la Sarthe, remettait un rapport à la ministre des Transports concernant le recours aux véhicules utilitaires légers (VUL) dans le transport de marchandises.


6.2 millions de VUL immatriculés en France circulent aujourd’hui sur nos routes, dont seulement 4% servirait au transport de marchandises pour compte d’autrui. Chiffre important auquel s’ajoutent des véhicules étrangers toujours plus nombreux. Essentiellement utilisé par l’artisanat, la messagerie et le fret express, de nouveaux usages, notamment liés au développement du e-commerce et la logistique en flux tendus, en bouleversent l’utilisation.


Vieillissant, le parc de VUL français est générateur de nuisances de plus en plus fortes : émissions de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques, congestion du trafic, nuisances sonores, non-respect des règles de livraison... Cette nouvelle donne incite à repenser les usages et la législation concernant ce type de véhicules.


Pour y parvenir, ce rapport dégage six axes d’actions :

  1. Professionnaliser le métier de conducteur de VUL. Pour renforcer la sécurité routière, la qualité des prestations et inscrire cette profession dans un parcours vertueux.
  2. Mieux contrôler ce mode de transport grâce à de nouveaux outils plus connectés et plus efficaces. Renforcer les outils et moyens de contrôle doit permettre de sanctionner et réduire les pratiques de concurrence déloyale.
  3. Améliorer l’état du parc roulant. Des contrôles techniques plus fréquents devraient avoir un impact positif sur la sécurité routière.
  4. Responsabiliser l’ensemble des acteurs de la chaîne logistique. Les conditions d’un environnement concurrentiel équilibré nécessitent une meilleure harmonisation, à l’échelle européenne, des conditions d’accès et d’exercice de la profession de transporteur, ainsi que de la réglementation sociale applicable aux conducteurs de VUL.
  5. Aider les professionnels à convertir leur flotte vers des véhicules plus propres. Afin de réduire les externalités négatives du parc vieillissant
  6. Soutenir les collectivités territoriales dans leurs politiques d’urbanisme. L’optimisation des flux de marchandises en ville constitue un enjeu majeur des politiques d’amélioration de la qualité de l’air en centre urbain. La logistique apparaît comme un élément essentiel à développer dans les documents de programmation urbaine


Pour en savoir plus :

  • le rapport → Lien
  • la communication sur le site du ministère → Lien


(Article rédigé par DREAL Centre-Val de Loire le 11 mai 2018)