Avion
Camion
TGV
Autoroute
Rails
Rond Point
Train
Tramway
Automobile
Avion Camion TGV Autoroute Rails Rond Point Train Tramway Automobile
14/02/2019

Vinci Autoroutes expérimente depuis le 13 février 2019, sur la barrière de péage de Tours-Nord, un service de passage en flux libre, dit free flow.

14/02/2019

L’entreprise AS 24 a inauguré une station GNV à Blois, le 18 janvier dernier.

13/02/2019

Cinq entreprises de transport routier de voyageurs et cinq entreprises de transport routier de marchandises se sont engagées ou ont renouvelé (pour 4 d’entre elles) au cours de l’année 2018, leur engagement dans la démarche environnementale de réduction de leurs émissions de CO2.

 Plus d'actualités

Contrôle des transports routiers : un nouveau type d’infraction constaté en France

Une modification du logiciel d’exploitation du tachygraphe électronique permettait aux camions de circuler en enregistrant un temps de repos pour le conducteur.


Fin mars, un poids lourd appartenant à une entreprise polonaise était vérifié par les contrôleurs des transports terrestres de la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) Centre-Val de Loire sur l’aire de service du Loiret de l’autoroute A19, sur la commune de Beaune-la-Rolande.


Une différence de kilométrage entre le trajet parcouru et les données enregistrées a alerté les contrôleurs des transports.


Le dispositif de fraude a été révélé grâce à un échange d’information au niveau national et européen entre les agents de la DREAL, dont deux membres de la « task force » de lutte contre les fraudes au tachygraphe, et leurs homologues belges, qui avaient déjà découvert un tel dispositif basé sur une modification du logiciel interne et d’un calculateur du véhicule. Il s’agit de la première mise en évidence en France d’une telle fraude.


Le véhicule a été immobilisé pendant 5 jours, sans possibilité de reprendre la route avant sa remise en conformité.


Afin de mieux connaître et donc de détecter ce type de fraude sophistiquée, le tachygraphe et son logiciel vont subir une expertise technique à la demande des services du ministère chargé des transports.


L’entreprise de transport, non implantée en France, a dû s’acquitter du versement d’une consignation de 4500€ pour la verbalisation du délit et du paiement de la facture de remise en conformité du véhicule, d’un montant de 3320€.


 


Article rédigé le 25 avril 2018 par DREAL Centre-Val de Loire