Avion
Camion
TGV
Autoroute
Rails
Rond Point
Train
Tramway
Automobile
Avion Camion TGV Autoroute Rails Rond Point Train Tramway Automobile
12/10/2018

Blois Agglopolys lance des tests de bus à motorisations alternatives sur son réseau de transports en commun Azalys.

08/10/2018

Tours Métropole Val de Loire et le Syndicat Mixte de l’Agglomération Tourangelle (SMAT), avec la participation de la Région Centre-Val de Loire, lancent en 2019 une grande Enquête Mobilités Certifiée Cerema (EMC²) sur le département d’Indre-et-Loire afin de connaître les grandes tendances de mobilités des habitants.

 Plus d'actualités

Formation « Un plan de mobilité pour mon entreprise », jour 2

Mardi 20 novembre - Tours
Par : ADEME Centre-Val de Loire

Polis Conference 2018

Du 22 au 23 novembre - Manchester
Par : POLIC cities and regions for transport innovation
 Tout l'agenda

Vers une transition énergétique des bus Azalys ?

Blois Agglopolys lance des tests de bus à motorisations alternatives sur son réseau de transports en commun Azalys.


Agglopolys, souhaitant inscrire son réseau de transports en commun Azalys dans une démarche de transition énergétique, va tester, du 8 au 22 octobre, un bus au gaz. S’ensuivront d’autres tests avec des bus électriques et gaz à la fin de l’année et en début d’année 2019. Objectif : investir dans des véhicules propres.


 

Photographie_bus_gaz_naturel


Dans l’ordre, de gauche à droite : Jean Gasiglia (Conseiller délégué d’Agglopolys en charge des transports), Christophe Degruelle (Président d’Agglopolys), Guilhem Pons (Responsable commercial des autobus MAN) et Sylvain Lemarchand (Directeur de Kéolis Blois) devant un bus roulant au gaz.


Retrouvez tous les éléments relatifs à ces tests dans le dossier de presse.


(Article rédigé par Agglopolys le 12 octobre 2018)

Lancement d’une Enquête Mobilité Certifiée Cerema (EMC²)

Tours Métropole Val de Loire et le Syndicat Mixte de l’Agglomération Tourangelle (SMAT), avec la participation de la Région Centre-Val de Loire, lancent en 2019 une grande Enquête Mobilités Certifiée Cerema (EMC²) sur le département d’Indre-et-Loire afin de connaître les grandes tendances de mobilités des habitants.


L’Enquête Mobilité commandée par Tours Métropole Val de Loire et le SMAT, avec la participation de la Région Centre-Val de Loire et de l’État, s’appuie sur une méthodologie labellisée au niveau national*, permettant de comparer les territoires entre eux, et d’avoir une réflexion sur le long terme en analysant les évolutions entre deux enquêtes.


Elle vise à obtenir une photographie des déplacements quotidiens des habitants qui aidera à la préparation des projets de transport public et de mobilités à venir, mais aussi à mieux prendre en compte les enjeux environnementaux et de déplacements dans les futurs projets urbains.
La précédente enquête ayant été réalisée en 2008 sur le périmètre du SCoT de l’Agglomération Tourangelle, il était nécessaire de la réactualiser afin de prendre en compte les changements survenus dans les pratiques de mobilités liés aux évolutions des modes de vie (vélo, covoiturage…) et du territoire (mise en service du tramway, extension du périphérique, poursuite de la périurbanisation…).
L’extension du périmètre à l’ensemble du département permettra une meilleure approche des déplacements à l’échelle de l’aire urbaine et du bassin de vie.


La phase de recueil des données commencera en janvier 2019 pour une durée de douze semaines. Les enquêtes sur un échantillon représentatif de la population seront réalisées par le prestataire TEST SA en face-à-face ou par téléphone. Les questions posées porteront sur le foyer et les déplacements réalisés la veille, tout en garantissant l’anonymat des participants.
Dans les secteurs les plus urbanisés, 1 480 ménages seront enquêtés à domicile par une soixantaine d’enquêteurs locaux et sur l’ensemble du territoire 5 850 personnes seront enquêtées par téléphone par des télé-enquêteurs.
Cette grande enquête est primordiale afin de connaître les déplacements d’aujourd’hui pour faciliter ceux de demain.


* « Méthologie Standard Cerema » (Centre d’Études d’Expertises sur les Risques, l’Environnement, la Mobilité et l’Aménagement)


(Article rédigé par Tours Métropole Val de Loire le 8 octobre 2018)

Comité de pilotage de l’ORT, 14 septembre 2018

Le comité de pilotage de l’ORT s’est réuni le 14 septembre, dans les locaux de la préfecture de région à Orléans.


Placé sous la présidence de MM. Christophe CHASSANDE (directeur de la DREAL) et Philippe FOURNIÉ (vice-président du conseil régional), ce comité a dressé le bilan des 5 premières années de fonctionnement de l’ORT et envisagé ses perspectives d’évolution.


Outre la mise en relation des différents partenaires et la richesse des échanges constatée entre eux, l’observatoire compte à son actif :


À l’issue de ce bilan, présenté par la DREAL, les membres présents ont convenu de prolonger l’observatoire pour une nouvelle période de cinq années. Outre la poursuite des activités déjà menées, les thématiques de l’open data, de la mobilité rurale et des véhicules autonomes seront plus particulièrement explorées.


En marge des sujets directement propres à l’organisation de l’observatoire, cette demi-journée aura également été l’occasion de présenter aux personnes présentes :

  • le fonctionnement de l’ORT Pays de la Loire ;
  • les premiers éléments d’une étude menée par l’INSEE relative aux déplacements domicile-travail en Centre-Val de Loire ;
  • la démarche TREMPLIN, initiée par les organisations professionnelles.


Pour en savoir plus : voir le compte-rendu de la réunion.


La réunion du 14 septembre.


(Article rédigé par DREAL Centre-Val de Loire le 4 octobre 2018)


 

French Mobility : avancement du plan d’actions et premiers lauréats

Élisabeth Borne, ministre des transports, a annoncé ce 26 septembre les premiers lauréats de l’appel à manifestation d’intérêt lancé au premier semestre. Elle a également présenté un point d’avancement du plan d’actions démarré en juin dernier.



La ministre a ainsi détaillé particulièrement 6 actions clés de ce programme :

  • la nomination d’un facilitateur French Mobility, dans un rôle de mise en contact, de facilitation, d’orientation et d’accompagnement de projets ;
  • la mise en place d’une plateforme collaborative, dès l’an prochain, visant à recenser les diverses expérimentations menées dans les territoires ;
  • une action d’ordre réglementaire prenant la forme d’un projet de décret pour, d’une part, relever les seuils de la commande publique innovante ou, d’autre part, la promotion du partenariat d’innovation ;
  • le financement de l’innovation sur un fonds dédié à la mobilité ;
  • le soutien à l’ingénierie territoriale dans les territoires moins bien pourvus ,
  • la volonté de mettre en place une culture commune de l’innovation à travers le lancement d’un cycle d’auditeurs French Mobility et l’organisation d’un « French Mobility Tour ».

Un nouvel appel à projets


À l’occasion de cette présentation, la ministre a également annoncé le lancement d’un nouvel appel à projets. Ouvert jusqu’au 14 décembre 2018, celui-ci vise à lever certains freins législatifs ou réglementaires à destination de toute personne morale (entreprises, associations, collectivités…).


Certains projets nécessitent des dérogations au droit commun ou soulèvent des questions d’application de la réglementation. Cet appel à projets est conçu pour, sous certaines conditions, accorder ces dérogations ou répondre à ces questions d’application. Le facilitateur French Mobility aura la charge du suivi de ces projets.

26 lauréats


Enfin, cette matinée aura été l’occasion de présenter les 26 projets lauréats de la première vague de l’appel à projets lancé fin janvier. Destiné aux collectivités de moins de 100 000 habitants, celui-ci encourage les nouvelles solutions de mobilité du quotidien, particulièrement dans les territoires peu denses.


En région Centre-Val de Loire, un projet est retenu : « Cœur de Beauce Mobility », le projet de la communauté de communes Cœur de Beauce (Eure-et-Loir). À l’échelle de la communauté de communes, il s’agira de « mettre en place un système de transport en commun assuré par des salariés volontaires, désireux de se former et de passer le permis D afin d’organiser un ramassage dédié à la base logistique » d’Artenay-Poupry.


Pour plus d’informations :

  • la communication du ministère → Lien ;
  • le dossier de presse « Premiers lauréats » → Lien ;
  • l’appel à projets « Dérogations French Mobility, première vague » → Lien / cahier des charges.

Une billettique sans contact pour le transport scolaire REMI sur plus de 1500 circuits

Cette année, la Région Centre-Val de Loire déploie une billettique(?) sans contact pour les cars scolaires du réseau Rémi(?). L’objectif : améliorer la sécurité des enfants, simplifier le transport du jeune utilisateur et offrir de nouveaux services aux enfants, aux parents… et à la Région.


Sont concernés : les départements d’Eure-et-Loir, d’Indre-et-Loire, du Loir-et-Cher, de l’Indre et du Cher, les usagers scolaires du Loiret étant déjà porteurs de cartes billettiques.

Un transport scolaire connecté


Cette année, les enfants empruntant les cars scolaires de la Région utilisent des cartes de transports, sans contact et nominatives. Ce nouveau système permet désormais de connaître en temps réel la présence des élèves à bord d’un car, pour une meilleure sécurité. Cela permet de s’assurer par exemple que les enfants n’ont pas raté leur correspondance, s’ils prennent un TER avant le car scolaire. Cette connaissance simplifiera la gestion des lignes et des itinéraires du réseau d’une année sur l’autre.

Une seule carte de transport


Ce nouveau système simplifie aussi le quotidien des jeunes utilisateurs : l’accès en temps réel aux horaires d’arrivée des cars à un arrêt permet aux élèves en retard de s’assurer d’avoir un car. De plus la carte de transport scolaire adopte la technologie JV Malin, la carte multimodale régionale. Ainsi, les élèves peuvent emprunter plusieurs transports, scolaire puis urbain (notamment à Tours, Blois, Chartres et à Orléans) et/ou TER avec cette seule carte. Enfin, la nouvelle carte de transport sans contact est valable plusieurs années : il ne sera pas nécessaire de la renouveler à chaque rentrée.

Le résultat d’une collaboration partagée


Ce projet ambitieux a été rendu possible grâce à la mobilisation des services de la Région et à l’appui efficace de l’entreprise UBI (à l’origine de la technologie embarquée proposée dans les cars), à la gestion des inscriptions informatiques par les 280 autorités organisatrices de transports de proximité et à la mobilisation des 40 transporteurs régionaux qui ont déployé les équipements à bord de plus de 1300 cars.


(Article rédigé le 21 septembre 2018 par le conseil régional du Centre-Val de Loire)