Avion
Camion
TGV
Autoroute
Rails
Rond Point
Train
Tramway
Automobile
Avion Camion TGV Autoroute Rails Rond Point Train Tramway Automobile
13/03/2019

Le déploiement de ces nouveaux autobus est également une première en France…

19/02/2019

Le président de la République a annoncé, le 14 février 2019, le plan de son gouvernement pour le développement d’une filière française des automobiles de demain.

 Plus d'actualités

Semaine de l’innovation transport logistique

Du 26 au 28 mars - Porte de Versailles, Paris
Par : Reed Expositions France

Journée technique : Développer le vélo en périurbain et interurbain - Quels leviers d’actions ?

Jeudi 28 mars - CNFPT Languedoc-Roussillon, Montpellier (34)
Par : Cerema, CNFPT, Vélo & Territoires
 Tout l'agenda

AggloBus investit pour une mobilité durable avec 2 nouveaux bus GNV hybride

Le déploiement de ces nouveaux autobus est également une première en France…



Le Citaro GNV(?) hybride (NGT hybrid) Euro 6 : un véhicule aux performances écologiques optimales. Il conserve les qualités des véhicules GNV classique :


► Un moteur au gaz naturel lui permettant d’être largement conforme aux normes Euro 6, et ce, sans SCR(1) et sans filtre à particules avec un bilan environnemental global meilleur que celui d’un autobus thermique.
► Le gaz se caractérise par une combustion extrêmement respectueuse de l’environnement.
► La suie, les particules et le dioxyde de soufre sont en quantité à peine mesurable dans les gaz d’échappement.
► La propulsion au gaz naturel présente aussi de nets avantages environnementaux en ce qui concerne les oxydes d’azote.
► Il bénéficie en plus d’une réduction de sa consommation de carburant grâce au système hybride constitué d’un moteur électrique alimenté par l’énergie cinétique du véhicule qui assiste le moteur thermique.


La combustion du carburant gaz naturel est plus lente que celle des autres hydrocarbures. Elle permet donc une réduction significative des vibrations et par conséquent du volume sonore des moteurs. Le niveau de bruit est abaissé d’environ 4 décibels, c’est-à-dire divisé par 2 par rapport à un moteur diesel. Le Citaro GNV hybride est tout aussi silencieux.


L’intérieur du nouveau Citaro hybride est pratiquement identique à celui des modèles avec moteur thermique. C’est un avantage surtout pour le conducteur qui n’a pas besoin de changer ses habitudes lors du passage d’un Citaro à moteur thermique au nouveau Citaro hybride.
Le bus Citaro GNV Euro hybride respecte toutes les normes d’accessibilité (plancher bas, rampe électrique, emplacement PMR(?)…).
Il peut accueillir de 99 à 107 personnes en fonction des places :

  • sans PMR, 83 places debout et 24 places assises ;
  • avec PMR, 75 places debout et 24 places assises ;


La conception et les procédés de fabrication de Mercedes garantissent une qualité optimale des châssis et de l’ossature des véhicules.
Les bouteilles de gaz sont composées d’un matériau high-tech composite conçu pour supporter des pressions supérieures à 500 bars, soit 2 fois ½ la limite d’éclatement permettant aux nouveaux véhicules de bénéficier de la même autonomie qu’un autobus diesel.



Le système Hybride, une technologie permettant de réduire la consommation grâce à l’utilisation de l’énergie cinétique du véhicule.
► Le moteur GNV est assisté par la force motrice d’un module hybride compact hautement efficace. Le moteur électrique de 14 kW récupère de l’énergie lors des décélérations et des freinages du véhicule. Au démarrage, il assiste le moteur GNV avec cette énergie. Ceci réduit la consommation de gaz jusqu’à 8,5 %(2) en fonction de l’utilisation.


► Le fonctionnement de base du nouveau Citaro hybride est très simple :

  • Le moteur électrique en forme de disque très robuste est intégré entre le moteur thermique et la boîte automatique. Il permet la récupération d’énergie lorsque l’autobus ralentit et convertit l’énergie propulsive en courant pendant le freinage et la décélération.
  • Le courant généré est stocké sous forme d’énergie électrique.


Sans technique Hybride, l’énergie emmagasinée lors de la phase de récupération serait perdue. Le Citaro hybride la réutilise dès que l’autobus démarre, le moteur électrique soutient le moteur GNV avec son couple, le moteur thermique peut ainsi partiellement réduire sa puissance et économiser du carburant. C’est ce qu’on appelle la phase de « Boost ».

  • L’efficacité du moteur thermique se trouve améliorée et la consommation de gaz baisse ce qui génère moins d’émissions.
  • Le système hybride de forme compacte et de faible poids ne modifie pas la capacité de transport du Mercedes Citaro GNV Hybride par rapport aux véhicules classiques.


Pour en savoir plus, consulter le dossier de presse → Lien


(1) SCR : Selective Catalytic Reduction
(2) information constructeur


(Article rédigé par STU Bourges le 13 mars 2019)

Produire en France les automobiles de demain

Le président de la République a annoncé, le 14 février 2019, le plan de son gouvernement pour le développement d’une filière française des automobiles de demain.


La filière automobile est structurante pour l’économie et les territoires français. Elle représente près de 4 000 entreprises, employant près de 400 000 salariés sur l’ensemble du territoire national. En octobre 2018, une mission sur l’attractivité de la France pour le secteur automobile est confiée à MM. Mosquet et Pélata. Celle-ci devait définir des mesures concrète pour mieux positionner la France dans ce secteur.


Le plan, dévoilé mi-février, se base sur le rapport de cette mission et s’organise en 4 mesures phares :

  1. Le développement des véhicules électriques et hybrides :
    • Objectif : porter le parc de ces véhicules à 1 million d’unités en 2022 (207 000 fin 2018) au travers de l’élaboration d’une trajectoire pluriannelle du bonus sur les véhicules à zéro émission.
  2. Le déploiement des bornes électriques :
    • Objectif : développer un réseau dense de bornes de recharge, en portant à 100 000 le nombre de bornes publiques en 2022 (25 000 début 2019).
  3. La création d’une filière française et européenne de la batterie :
    • Objectif : soutenir, à hauteur de 700 millions d’euros, le développement d’une filière industrielle dans le cadre d’un partenariat franco-allemand.
  4. Le développement des véhicules autonomes et connectés :
    • Objectif : faire de la France le pays le plus en pointe en Europe de ces véhicules, en autorisant les expériementations dès cette année puis les circulations en situation réelle dès 2021.


Pour en savoir plus, consulter le dossier de presse → Lien.


(Article rédigé par DREAL Centre-Val de Loire le 19 février 2019)

Péage free flow à Tours-Nord

Vinci Autoroutes expérimente depuis le 13 février 2019, sur la barrière de péage de Tours-Nord, un service de passage en flux libre, dit free flow.


Prévu dans le cadre de la future loi d’orientation des mobilités, cette technique permettra aux usagers de l’autoroute A10 de passer la barrière de péage sans s’arrêter, à une vitesse toutefois réduite à 50km/h pour des raisons de sécurité. Les voies centrales du péage sont équipées pour ce nouvel usage, tandis que les voies latérales ont conservé la barrière de péage préexistante.


Les actuels badges de télépéage sont compatibles avec ce nouveau système. Pour les usagers qui en sont dépourvus, un dispositif de lecture des plaques d’immatriculation, couplé à une application pour smartphone Ulys, permettra aux conducteurs de s’acquitter du montant du péage.


Le retrait de la barrière physique permettra de fluidifier la circulation et, partant, de réduire les émissions de GES(?) et de polluants atmosphériques(?).


(Article rédigé par DREAL Centre-Val de Loire le 14 février 2019)

Une station GNV inaugurée à Blois

L’entreprise AS 24 a inauguré une station GNV à Blois, le 18 janvier dernier.


Ouverte dès le 27 septembre, à l’initiative de l’entreprise Catroux, cette station délivre un GNV(?) comprimé, réservé uniquement aux entreprises de transport. Un plein de ce carburant délivre une autonomie d’environ 600 km.


L’ambition de l’entreprise Catroux, à l’origine de la station, est de développer une flotte de véhicules GNV pour assurer de petites distances autour de la ville de Blois. Quoique plus coûteux à l’achat du poids lourd, ce carburant alternatif se révèle moins onéreux qu’un véhicule diesel sur le long terme. Il est également plus vertueux sur le plan environnemental, puisque rejetant en moyenne un quart de GES(?) en moins et très peu de polluants atmosphériques (et notamment pas de particules fines).


(Articfle rédigé par DREAL Centre-Val de Loire le 14 février 2019)

Signature de la Charte Objectif CO2 par 10 entreprises de transport routier de la région Centre-Val de Loire

Cinq entreprises de transport routier de voyageurs et cinq entreprises de transport routier de marchandises se sont engagées ou ont renouvelé (pour 4 d’entre elles) au cours de l’année 2018, leur engagement dans la démarche environnementale de réduction de leurs émissions de CO2.


Dix entreprises de transport routier engagées au cours de l’année 2018 ont officialisé leur engagement par signature, le 24 janvier 2019, de la charte « Objectif CO2, les transporteurs s’engagent ».
La cérémonie de signature des chartes s’est déroulée en DREAL Centre-Val de Loire sous la coprésidence de M. Christophe CHASSANDE, directeur de la DREAL et de M. Philippe FOURNIÉ, vice-président du conseil régional en charge des Transports et de l’Intermodalité.


Les entreprises signataires :

  • 4 entreprises de transport routier de Voyageurs ont signé leur 1er engagement :
    • Transdev Touraine Compagnie des Autocars de Touraine à Tours (37),
    • Transdev Touraine Cie des Autocars de Touraine, transport EEH à Tours (37),
    • KEOLIS Eure-et-Loir à Dreux (28),
    • KEOLIS Compagnie du Blanc Argent à Romorantin-Lanthenay (41).
  • 1 entreprise de transport routier de Voyageurs a signé son 2nd engagement
    • SAS Transports DARBIER à Amilly (45) Comité du 28 juin 2018.
  • 2 entreprises de transport routier de Marchandises ont signé le 1er engagement
    • TLM ACT Bourges, siège à Vierzon (18), Comité du 28 juin 2018,
    • TBM Logistique Groupe MAG à Gellainville (28) Comité du 12 avril 2018.
  • 2 entreprises de transport routier de Marchandises ont signé le 2nd engagement
    • Transports BESNIER à Villedieu-sur-Indre (36) Comité du 1er février 2018,
    • INTERTRANSPORTS à Châteauroux (36) Comité du 12 avril 2018,
  • 1 entreprise de transport routier de Marchandises a signé le 3ème engagement
    • Transports BOUDET à Saint-Florent-sur-Cher (18) Comité du 12 avril 2018


Ces 10 entreprises ont engagé 763 véhicules et 847 conducteurs, au cours des 3 années de leur engagement, elles vont obtenir une réduction potentielle de leurs émissions de CO2 de l’ordre de 1238 tonnes et économiser 410 000 litres de carburant.


Au total, en région Centre-Val de Loire, depuis 2009, 74 chartes ont été signées par 56 entreprises, elles représentent 3 573 véhicules et 3 818 conducteurs.

  • 46 entreprises de transport routier de marchandises ont engagé 2 566 véhicules et 2 737 conducteurs (8 entreprises ont renouvelé une fois un précédant engagement, 3 ont souscrit un 3ème engagement).
  • 10 entreprises de transport routier de voyageurs ont engagé 1007 véhicules et 1081 conducteurs, l’une d’elle a signé un 2ème engagement.


Le dispositif environnemental des transporteurs routiers Objectif CO2, Charte et Label se poursuit pour la période 2018 – 2020 dans le cadre d’un nouveau programme.
Le Programme EVE « Engagements Volontaires pour l’Environnement des acteurs de la chaîne logistique et du transport de voyageurs », ambitionne de sensibiliser, former et accompagner les acteurs professionnels du transport et de la logistique à l’amélioration de leur performance énergétique et environnementale.
Il vise à déployer des dispositifs d’engagements volontaires de réduction des émissions de Gaz à Effet de Serre(?) du Transport :

  • Objectif CO2 pour les transporteurs et les grossistes,
  • EVCOM pour les Commissionnaires,
  • FRET 21 pour les chargeurs,
  • et une plateforme d’échange des données environnementales entre les acteurs du transport.


Ce programme est proposé par le Ministère de la Transition écologique et solidaire, Ministère des transports et l’ADEME, porteur pilote du programme, en partenariat avec les porteurs associés constitués des organisations professionnelles représentatives du transport routier FNTR, FNTV, OTRE et Union TLF, et la CGI pour les grossistes.
Les permanents des organisations professionnelles seront aux niveaux national et régional, les interlocuteurs privilégiés concernant les actions d’information et de sensibilisation des entreprises.


TOTAL Marketing France finance le programme en contrepartie de l’attribution de Certificats d’Économie d’Énergie (CEE).


L’ADEME est assistée dans ses missions de gestion, pilotage, coordination, animation et accompagnement technique du Programme EVE par la société ECO CO2, prestataire désigné selon un appel d’offres public. Les chargés de mission d’ECO CO2 accompagneront techniquement les entreprises de transport.
Toute entreprise qui souhaitera s’engager bénéficiera d’un accompagnement gratuit pour s’informer des modalités de recueil des données, du contenu des plans d’action, des outils de calcul, pour suivre les différentes étapes d’engagement en vue de la présentation pour validation du dossier et sa mise à jour annuelle.
Les entreprises signataires ont remercié Flora DEVILLE, qui les a accompagnées dans la démarche en sa qualité de chargée de mission Objectif CO2 pour l’AFT alors gestionnaire du programme.


Deux chargés de mission ECO CO2 ont été désignés pour accompagner les entreprises de la région centre-Val de Loire dans leur démarche d’engagement.
À l’occasion de la cérémonie de signature qui s’est tenue le 24 janvier 2019, les chargés de mission ECO CO2 ont été présentés aux entreprises.
Alain CHAPUT est chargé des départements 18, 36 et 37 ;
Guillaume GALLICE est chargé des départements 28, 41 et 45.


(Article rédigé le 13 février 2019 par DREAL Centre-Val de Loire)