Avion
Camion
TGV
Autoroute
Rails
Rond Point
Train
Tramway
Automobile
Avion Camion TGV Autoroute Rails Rond Point Train Tramway Automobile
20/02/2020

La commune d’Aubigny-sur-Nère a accueilli, le 3 février dernier, l’étape régionale de la tournée France Mobilités.

21/01/2020

Instituée le 8 janvier 2020, la plateforme associative France Logistique rassemble et coordonne pour la première fois l’ensemble des acteurs privés pour une chaîne logistique française plus performante. L’objectif : revenir dans le top 10 mondial. Présidée par l’ancienne Ministre Anne-Marie Idrac, France Logistique sera aussi l’interlocuteur de référence auprès des pouvoirs publics.

 Plus d'actualités

Semaine de l’innovation transport logistique

Du 17 au 20 mars - Paris Nord Villepinte
Par : Reed Expositions France

3e forum européen Energy for Smart Mobility

Du 31 mars au 1er avril - Palais du Pharo, Marseille
Par : Capenergies, GreenUnivers, FlexGrid
 Tout l'agenda

La tournée France Mobilités en Centre-Val de Loire

La commune d’Aubigny-sur-Nère a accueilli, le 3 février dernier, l’étape régionale de la tournée France Mobilités.



C’est en présence de près de 150 personnes que la tournée France Mobilités s’est déroulée à Aubigny-sur-Nère. Co-organisée par la DREAL Centre-Val de Loire et la mairie, cette demi-journée d’information visait à informer les acteurs locaux de la mobilité aux dernières évolutions du paysage institutionnel et à mettre en avant les solutions locales mises en place sur le territoire régional.


Sous les auspices de Mme Laurence Renier, maire d’Aubigny-sur-Nère, et de MM. Pierre Pouëssel, préfet de région, et François Bonneau, président du conseil régional, cette manifestation aura notamment été l’occasion de présenter la loi d’orientation des mobilités, promulguée fin décembre, dans ses grandes lignes ainsi que la démarche nationale France Mobilités et sa plateforme Internet.


L’après-midi s’est poursuivie par une table ronde consacrée aux solutions de mobilité en région : projet Cœur de Beauce mobilité, expérimentation de navette autonome en milieu rural, plateforme territoriale de mobilité, mobilité inclusive. Elle s’est conlue par la présentation de la cellule régionale d’appui, structure d’accompagnement à l’ingénierie des territoires.


Plus d’informations :

  • sur l’étape régionale de la tournée France Mobilités sur le site de la DREAL → Lien ;
  • sur la plateforme France Mobilités → Lien.


(Article rédigé par DREAL Centre-Val de Loire le 20 février 2020)

Lancement de France Logistique

Instituée le 8 janvier 2020, la plateforme associative France Logistique rassemble et coordonne pour la première fois l’ensemble des acteurs privés pour une chaîne logistique française plus performante. L’objectif : revenir dans le top 10 mondial. Présidée par l’ancienne Ministre Anne-Marie Idrac, France Logistique sera aussi l’interlocuteur de référence auprès des pouvoirs publics.



La création de France Logistique s’inscrit dans une série de mesures préconisée par le rapport Hémar-Daher et saluée par le Premier ministre Édouard Philippe le 16 septembre 2019, visant à faire de la France un carrefour logistique stratégique face à une concurrence européenne forte. Elle permettra de promouvoir la filière, de veiller à la cohérence des décisions publiques en matière de logistique et d’orienter les évolutions de la chaîne logistique. « Notre objectif est d’améliorer l’attractivité et la compétitivité de la filière logistique au service des entreprises, des consommateurs et du développement durable, indique sa présidente, Anne-Marie Idrac. France Logistique n’est pas une organisation professionnelle de plus. Elle traitera des sujets communs à l’ensemble de la chaîne logistique sans se substituer aux compétences des différentes fédérations déjà existantes. »

Un dialogue inédit entre la filière et les pouvoirs publics


France Logistique rassemble à la fois des organisations et associations professionnelles de la filière ainsi que des entreprises qui souhaitent contribuer au projet (transporteurs, logisticiens). En portant la voix unifiée des acteurs du secteur, France Logistique instaurera un dialogue renforcé avec les pouvoirs publics, notamment dans le cadre du Comité exécutif logistique qui étudie, élabore et veille à la mise en œuvre des décisions concernant l’ensemble de la filière. Ce comité, composé du Directeur général des infrastructures des transports et de la mer, du Directeur général des entreprises et de la présidente de France Logistique, sera notamment en charge de préparer les Comités interministériels de la logistique (CILOG) qui fixent les décisions et orientations issues des pouvoirs publics. « Ce dialogue public/privé piloté dans le temps est inédit à l’échelle de la filière. Déployé sur le plan local et national, il permettra une meilleure performance économique du secteur par l’élaboration de solutions concrètes », précise Anne-Marie Idrac.

5 champs d’action pour revenir dans le top 10 mondial


Malgré des infrastructures de qualité et des capacités fortes d’innovation, la filière logistique française souffre d’un réel manque de compétitivité face à ses voisins européens. Elle se situe actuellement au 15e rang du classement de la Banque mondiale (Logistics Performance Index 2018) alors que l’Allemagne arrive en tête, devant les Pays-Bas (2e) et la Belgique (4e). Une situation qui s’explique en partie par une coordination insuffisante des acteurs français et une absence de visibilité en termes d’évolutions réglementaires et fiscales.
Pour replacer la France au premier plan des acteurs de la logistique, France Logistique poursuivra cinq champs d’action prioritaires :

  • favoriser la compétitivité ;
  • contribuer à la transition énergétique ;
  • améliorer l’image de la filière, accompagner l’évolution de ses métiers et de ses compétences ;
  • faire émerger les nouveaux modes d’organisation de la logistique urbaine ;
  • participer à la planification logistique du territoire.


Afin d’évaluer les améliorations de la filière dans le temps, un baromètre annuel sera mis en place sur la base d’un panel d’indicateurs partagés par les acteurs de la filière et les pouvoirs publics.


Le premier Conseil d’administration de France logistique se tiendra le 8 janvier. « Nous souhaitons faire émerger au plus vite des premières solutions au service des entreprises, en restant pragmatiques et en nous inscrivant sur le long terme », indique Anne-Marie Idrac.


Pour plus d’informations, consulter le dossier de presse → Lien.


(Article rédigé par Union TLF IDF – Centre & Ouest le 21 janvier 2020)

Appels à projets 2020

Le ministère de la transition écologique et solidaire et l’Ademe lancent, pour 2020, deux appels à projets dédiés, respectivement, aux continuités cyclables et aux Territoires de Nouvelles Mobilités Durables.


Pour la troisième année consécutive, l’Ademe a engagé, le 18 décembre dernier, la nouvelle édition de son appel à manifestation d’intérêt (AMI) « Territoires de nouvelles mobilités durables », qui compte deux lauréats en région. Cet AMI vise l’accompagnement de collectivités dans la réalisation de projets destinés à améliorer les mobilités, sous la forme d’un soutien financier et/ou d’un appui technique à l’élaboration et à la mise en œuvre du projet. Il est organisé en deux axes :

  1. stratégie et planification de la mobilité ;
  2. expérimentation et évaluation de solutions de mobilité.


Fort du succès de la première édition de l’appel à projets (AàP) « Fonds mobilités actives - Continuités cyclables » (153 projets lauréats en 2019), le ministère de la transition écologique et solidaire en a lancé, fin 2019, une nouvelle édition. Cet AàP vise à aider les collectivités publiques (conseils départementaux, EPCI(?), AOM(?), communes...) à financer leurs projets d’infrastructures cyclables qui permettront de résorber des discontinuités dans le maillage du réseau cyclable, pour les déplacements quotidiens des Français. Sont en particulier visés :

  • les franchissements de carrefour complexe ;
  • les points noirs de sécurité routière ;
  • les ponts, passerelles, tunnels ;
  • les itinéraires continus entre deux aménagements cyclables existants ;
  • les itinéraires continus entre un pôle générateur de trafic et un aménagement cyclable existant.


Pour plus d’informations sur ces appels à projets :

  • consulter le site de l’Ademe au sujet de l’AMI « Territoires de nouvelles mobilités durables » → Lien ;
  • consulter le site du ministère au sujet de l’Appel à projets « Fonds mobilités actives - Continuités cyclables » → Lien.


(Article rédigé par DREAL Centre-Val de Loire le 14 janvier 2020)

Promulgation de la loi d’orientation des mobilités

Adoptée en novembre au Parlement, la loi d’orientation des mobilités a été promulguée le 26 décembre 2019.


Après un long parcours législatif, la loi d’orientation des mobilités a été publiée au journal officiel le 26 décembre 2019.


Transformant profondément le paysage de la mobilité en France, cette loi repose sur trois piliers :

  1. Investir plus et mieux dans les transports du quotidien ;
  2. Faciliter et encourager le déploiement de nouvelles solutions pour permettre à tous de se déplacer ;
  3. Engager la transition vers une mobilité plus propre.


Elle regroupe 189 articles, regroupés en 5 titres - et un rapport annexé :

  1. Programmation des investissements de l’État dans les transports : objectifs, moyens et contrôle
  2. Améliorer la gouvernance en matière de mobilités pour mieux répondre aux besoins quotidiens des citoyens et des entreprises
  3. Réussir la révolution des nouvelles mobilités
  4. Développer des mobiltiés plus propres et plus actives
  5. Simplifications et mesures diverses


Parmi les nombreuses mesures que porte cette nouvelle loi, figurent notamment :

  • Transformation du droit au transport en droit à la mobilité ;
  • Couverture de l’ensemble du territoire par des AOM(?) ;
  • Création d’un comité des partenaires par chaque AOM ;
  • Renforcement du conseil régional dans son rôle de chef de file de la mobilité ;
  • Facilitation de la mobilité des personnes à mobilité réduite ;
  • Accompagnement de l’ouverture des données de l’offre de mobilité ;
  • Création du cadre d’expérimentation de la circulation des véhicules autonomes ;
  • Renforcement du cadre de régulation pour les offres en free floating(?) ;
  • Création d’un socle de nouveaux droits pour les travailleurs des plateformes d’intermédiation ;
  • Possibilité, à titre dérogatoire, de relever la vitesse maximale autorisée de 80 à 90 km/h sur certaines routes ;
  • Inscription de l’objectif de neutralité carbone des transports terrestres à l’horizon 2050 ;
  • Mise en œuvre du plan vélo et mobiltiés actives ;
  • Accompagnement du développement des véhicules au gaz naturel ;
  • Soutien à l’acquisition de véhicules propres ;
  • Création du « forfait mobilités durable » ;
  • Instauration de zones à faibles émissions mobilité
  • Programmation de 13.4 milliards d’euros d’investissement sur les infrastructures de transport sur la période 2018-2022
  • Mesures visant à rendre le passage du permis de conduire plus rapide et moins cher ;
  • Mesures visant à rendre les pièces détachées de voitures moins chères ;
  • Généralisation des arrêts à la demande de nuit pour les bus.


Pour plus d’informations, retrouvez :

  • le texte de la loi sur LégifranceLien ;
  • la communication sur le site du ministère de la transition écologique et solidaire → Lien.


(Artcile rédigé par DREAL Centre-Val de Loire le 26 décembre 2019)

Chartes « Objectif CO2 » pour les entreprises de transport de la région Centre-Val de Loire

La DREAL Centre-Val de Loire, en partenariat avec l’ADEME et la région Centre-Val de Loire, pilote l’obtention et le renouvellement des chartes « Objectif CO2 » des entreprises de transport régionales


Le 12 décembre 2019, 11 entreprises de transport routier de la région Centre-Val de Loire ont signé la charte « Objectif CO2, les transporteurs s’engagent ».
Elles engagent dans cette démarche environnementale 769 conducteurs et 726 véhicules.
Sur 3 ans, elles vont éviter le rejet de plus 1 652 tonnes de CO2 et économiser 527 419 litres de gazole.


Le dispositif environnemental des transporteurs routiers Objectif CO2, Charte et Label, s’intègre pour la période 2018 – 2020, dans le cadre du Programme « Engagements Volontaires pour l’Environnement des acteurs de la chaîne logistique et du transport de voyageurs », baptisé EVE.


Ce programme ambitionne de sensibiliser, former et accompagner les acteurs professionnels du transport et de la logistique à l’amélioration de leur performance énergétique et environnementale.
L’objectif est de permettre d’initier ou de renforcer des actions concrètes en vue de diminuer la consommation de carburant des véhicules et par voie de conséquence les émissions de CO2.


Le programme EVE est porté par L’ADEME et les Organisations Professionnelles (AUTF, CGI, FNTR, FNTV, OTRE, Union TLF) et bénéficie du soutien du Ministère de la Transition écologique et solidaire à travers la DREAL Centre-Val de Loire au niveau de sa déclinaison régionale.


En région Centre-Val de Loire, depuis 2009, 62 entreprises se sont engagées à améliorer leur performance environnementale. Cela représente une économie de 8,6 millions de litres de carburant, et 28 171 tonnes de CO2.


Les 11 nouveaux engagements officialisés le 12 décembre 2019 illustrent la volonté d’entreprises de transport routier de la région d’intégrer des solutions pratiques pour mieux maîtriser leur impact sur l’environnement.


Pour plus d’informations, voir la communication de la DREAL Centre-Val de Loire :

  • sur le programme « Objectif CO2 » → Lien ;
  • sur la signature des chartes en décembre 2019 → Lien.


(Article rédigé par DREAL Centre-Val de Loire le 19 décembre 2019)